Partagez | .
 

 II. Histoire et concept

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 99
Date d'inscription : 04/03/2015

MessageSujet: II. Histoire et concept   Dim 3 Mai - 15:58

Nous avons pensé à tous les profils : les fénéants (ou pressés de jouer) peuvent lire uniquement la première partie "en bref" qui suffit amplement pour comprendre le concept. Cependant, si vous avez plus de temps où, que lors d'une soirée d'ennui mortel sans personne pour vous tenir compagnie dans la chatbox, venez lire les chapitres d'après ; c'est un résumé plus détaillé de ce qu'il s'est passé, se passe et risque de se passer dans notre petit univers.

En bref


Le monde a été chamboulé par une épidémie transmise par les chiens. Ces derniers se sont devenus alors des parias de la société humaine à laquelle ils appartenaient depuis des temps immémoriaux. Reclus dans des zones désolées, en ruines, ils tentent de survivre tandis que les Hommes bâtirent des remparts afin de les tenir loin d’eux ; c’est pourquoi ces villes humaines semblent être mal en point d’extérieur, mais une fois à l’intérieur on ne peut que constater le contraire. La technologie règne en maître, cachée derrière un rempart de désolation. Et enfin ! Le premier mot du code est la race principale de votre chien.

Les chiens, les Doggone, retournés à la vie sauvage à l’image de chiens féraux, sont les porteurs d’une maladie mortelle pour les humains, et, après une très grave épidémie qui fut plusieurs milliards de victimes, les Hommes réagirent d’abord en les chassant et en tentant de les empoisonner en passant par l’eau qu’ils buvaient. Mais, au fil du temps, les plus forts survécurent et se sont progressivement immunisés contre ces poisons, immunité qu’ils passèrent également à leurs descendances. Aujourd’hui, le seul dégât que l’eau peut leur faire est de les rendez légèrement malade pour les plus faibles et faire tomber les poils si une patte est mise dedans. Elle est appelée corrosive pour cette raison mais ne détruit pas les chairs ou les os à la manière d’acides.
Voyant l’échec de cette tentative, et la prolifération des Doggones, les Hommes misèrent sur leur dernier  atout. Ils créèrent des chiens mécaniques afin de garder leurs villes, certains Doggones intrépides trouvant toujours un moyen d’y rentrer quand le besoin s’en fait sentir. Ces chiens robotiques, les MEKA-9 ont aussi pour mission de rechercher des ressources alimentaires et de tuer le plus de Doggones possibles afin de « réguler la population. » Ils sont donc un danger non négligeable.
Le but des Doggones est de survivre sur une terre qui ne veut plus d’eux. Vous en pensez-vous capable ?


En (pas) bref (du tout)

Tout commença avec la Grande Épidémie.


Le chien vivait aux côtés de l’homme depuis des millions d’années. On l’avait façonné, créant des races pour de bonnes raisons… Et tout autant de mauvaises. D’une structure fonctionnelle et sans défaut, le canidé domestique s’était vu sélectionné pour avoir un nez plus court, des oreilles plus basses, des pattes plus angulées… Et à côté de chiens sauvages, les bassets, bergers allemand et autres carlins se traînaient sans la moindre endurance, embarquant avec eux leur lot de dysplasies et tares congénitales.
Jusqu’au jour où la sélection alla trop loin.
Jusqu’au jour où les hommes décidèrent qu’ils pouvaient créer le chien parfait en jouant avec les gènes de leur « meilleur ami. »
Jusqu’au jour où un chromosome muta, transformant l’épiderme d’un malinois en poison létal pour quiconque non immunisé le toucherait.
La nature en avait eu assez.

Ce fut comme un cancer galopant, un virus de la grippe que seuls les chiens pouvaient attraper, et qui ne visait que leurs maîtres. Le moindre effleurement, le plus petit contact entre épiderme les court-circuitait. Et ils tombaient tous, sans exception. Hommes, femmes, enfants, de toutes nationalités, de toutes ethnies, peu importe l’endroit du globe où ils se trouvaient.
On comprit bien vite ce qu’il se passait, mais il était trop tard.
La Grande Epidémie avait ravagé une bonne partie de l’humanité.

Pour chaque humain présent sur Terre, on comptait à présent une cinquantaine de  chiens. Les hommes n’eurent pas d’autre choix que de se regrouper, investissant les vieux châteaux-forts du moyen âge, n’ayant pas le temps de construire des barrières plus efficaces que les grands amas de pierre qu’on avait préservé pour le patrimoine.
Et la situation en resta là. Longtemps.
On tenta bien d’empoisonner les chiens, mais si la plupart tombèrent comme des mouches, les plus forts survécurent et donnèrent lieu à des chiots immunisés contre le poison. Chaque génération faisait face à une nouvelle tentative d’extermination, et donnait naissance à une plus résistante encore. Les hommes finirent par accepter l’idée  que les chiens ne feraient plus jamais partie de leur quotidien, et, devenus source de terreur pour la population, on appela les survivants les « dogs gone wild » qui, au fil des années, finit par être contracté, ne laissant plus que ce mot, glaçant  d’effroi…
« Doggone »

La révolte des condamnés


Certains d’avoir la légitimité sur leurs terres, les hommes ne restèrent pas inactifs ; les uns travaillant dans des laboratoires de fortune, les autres  rebâtissant au centre des anciens châteaux, de modernes habitations pour y rendre la vie plus douce. La vie suivait son cours, et peu à peu émergea un projet d’extinction de la race canine. Ne pouvant pas user d’armes de destruction massive car risquant de toucher d’autres camps de fortune, les groupements humains s’unirent pour mettre au point une machine capable de détecter les individus de race canine et les exterminer, de façon méthodique et individuelle,  les uns après les autres.

Les premiers spécimens furent de cuisants échecs : crées à partir de cadavres de canidés et de pièces métalliques, on s’aperçut bien vite que si on implantait un cerveau de chien dans une carcasse métallique, celui-ci restait au final un animal, obéissant à ses instincts avant les ordres. On perdit même tout contact avec certains prototypes, et on suppose qu’ils errent encore, nourris par l’énergie solaire des panneaux posés sur leur dos.
Après de longues années, un nouveau projet vit le jour : un être métallique du cerveau à la croupe, qui pouvait être désactivé en cas de problème, voire même pour certains, exploser. Ces chiens de métal, fins, souples et silencieux, ont été calqués sur le modèle du lévrier. Tout en finesse, sans une once de détail en trop, créés pour détruire et non pour plaire, prirent le nom de MEKA-9, subtil jeu de mot entre « mecanic » et « canine » (à prononcer méka-nayne)

A présent utilisés comme les chiens d’autrefois, les êtres de métal gardent Laat-krosis où vivent leurs créateurs, et aident les drones à récupérer de la nourriture saine, entrant en concurrence directe avec les cibles qu’ils doivent abattre. La situation est critique pour le groupe de chiens survivants, et certains commencent à former un tas de gibier afin de permettre aux plus jeunes et aux plus faibles de les suivre lors de leur migration. D’autres chassent seuls et prévoient de larguer le groupe une lorsque leurs forces seront revenues, voire même de former une nouvelle meute et de la gouverner.
Dans quel état d’esprit rejoindrez-vous les Doggones ?


Après avoir lu tous les sujets du règlement, va te présenter ou choisir un prédéfini. Check nos news, poste une fiche de liens et regarde les quêtes et bonus disponibles ! N'hésite pas à t'intégrer dans le flood et sur la chatbox !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doggone.forumactif.fr
 

II. Histoire et concept

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Réponse Rapide
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOGGONE :: Injonctions sacrées :: Récite les vieilles légendes-