Partagez | .
 

 Le temps s'écoule, et nous, on coule

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 5
Date d'inscription : 30/05/2015
Grade : Manant

MessageSujet: Le temps s'écoule, et nous, on coule   Dim 31 Mai - 12:12

Patient, tu venais dans un sens, puis dans l'autre, sans jamais risquer un de tes membres, un de tes poils, ou alors une seule partie de ton corps dans cette eau dont tu te méfiais. Ta mentor, ou encore ta mère, t'avaient conté que dans certaines régions du globe, on pouvait encore boire à certains cours d'eau miraculeusement épargnés. Mais celui-ci, tu te doutais fort qu'il y ait une chance qu'il soit rescapé.

Momentanément vaincu, tu t'assis au bord, fixant l'autre berge d'un air de réfléchir, les oreilles vers l'arrière en toute méfiance de détecter le bruit que ferait un intrus. Comme si l'eau pouvait soudain arrêter de couler.

Du courant du courant du courant...trop de courant. Agacé, tu te décides finalement à tenter quelque chose. Un instant après, tu reviens avec une petite, toute petite touffe de poil qui était accroché au tronc d'un arbre. Un animal de passage avait visiblement ressentit le besoin de se gratter quelque endroit atteint de démangeaison. Délicatement, tu en trempes le bout dans l'eau, puis regarde le résultat: brûlé.

Te débarrassant des quelques poils qui traînent sur ta langue, tu reprends la route, allant en amont de la rivière. Plus haut, il y aura peut-être un tronc en travers de la rivière, des pierres qui feront office de "pont", ou alors, deux rives surélevées qu'il n'y aurait qu'à sauter.



Depuis Flickr sur Pinterest. ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 50
Date d'inscription : 24/05/2015
Grade : Manant

MessageSujet: Re: Le temps s'écoule, et nous, on coule   Dim 31 Mai - 17:57

Cela doit faire une bonne heure que je marche, si ce n'est plus. Tout cela dans le but de rejoindre le Rocher Nid, où, parait-il, se trouve de nombreux chiens. J'ai soif. Si soif... Cela me brûle la gorge, elle est est si sèche... Je ne suis vraiment pas fait pour ça. Être autonome. Survivre seul. Ce genre de truc n'est pas fait pour moi. Il va me falloir trouver de l'aide, des compagnons, au plus vite.

Je lève la tête. Le temps ne semble pas être en ma faveur non plus... Ces fichus nuages gris me suivent partout ou quoi ? Laissez-moi tranquille ! Allez vous-en ! Le vent souffle dans mon dos. J'ai tellement envie de courir, tellement envie d'être un oiseau et de voler où bon me semble.

Soudain, un bruit suspect retentit. Un tchhhh. Je n'aime pas ce son, je devrais surement faire demi-tour, il n'a rien de rassurant du tout. Mais la curiosité prend le dessus et, à plat ventre, je progresse. Bientôt, je perçois le gargouillement d'un fleuve ou d'une rivière. De l'eau ! Génial !

Des galets s'entrechoquent plus loin, j'ai intérêt à me retenir d'aller boire ou bien je sens que je risque de faire une mauvaise rencontre ! J'attends un peu plus longtemps, lorsque j'aperçois enfin le coupable : un chien au poil blanc et brun, plus long que le mien et à l'air contrarié. Il remonte le courant. Peut-être devrais-je attendre qu'il s'en aille avant de me revigorer.

Le gros nuage gris qui me suit depuis tout à l'heure largue soudain une goutte en plein sur ma truffe, j'éternue. Oh mince ! Quel idiot ! Tu as bien choisi ton moment, toi ! Éole le maladroit qu'on aurait du m'appeler ! Il n'y a aucun doute là-dessus : ce cabot m'a entendu ou bien il est sourd ! J'espère qu'il est sourd, vraiment. Par pur réflexe, je m'écrase un peu plus au sol. Il va me voir, à moins qu'il soit aveugle ? J'aimerais qu'il soit aveugle et sourd, ça m'arrangerait bien. Ou bien je pense préférer être moi-même plus adroit, cela aurait arrangé tout le monde.

Et me voilà maintenant obligé de choisir : partir en courant, et devoir refaire demi-tour pour revenir plus tard, en espérant que ce chien ne me suive pas ou bien aller à sa rencontre et risquer un conflit. Ma conscience et mes coussinets sont en plein débat, mais à ce que je sache, c'est bien mes pattes qui me relevèrent et qui m'emmenèrent en sa direction.

Encore une fois un dilemme s'impose à moi : aller boire l'eau comme si de rien n'était, Oh tu étais là ? Je ne t'avais pas vu, hihi ! Ne me mange pas s'il te plaît, vraiment, ou bien aller directement à sa rencontre et tenter une approche amicale.

Je dois vraiment avoir les pires pattes du monde puisqu'encore une fois, elles ont choisi la facilité : mon semblable est plus proche que l'eau. Je me dirige donc vers lui, qui doit déjà m'avoir repéré depuis un bout de temps, en lui aboyant amicalement :

"Bonjour ! Je m'appelle Éole, et toi ? Il ne fait pas très beau, hein ?"



Ne me mange pas s'il te plait. Ne me mange pas, pitié. Quel andouille de parler à un inconnu comme à un vieux camarade, oh là là... Quel genre d'idiot suis-je ?



Waw, quelle discussion qui s'annonce, ma foi. Faire la conversation n'a jamais été mon fort mais j'avoue m'ennuyer moi-même...


HRP:
 


I'M A BIRD.


« Mi-chien, mi-oiseau, je ne cours pas je vole. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Le temps s'écoule, et nous, on coule

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Réponse Rapide
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOGGONE :: Golwah-Dok :: Sylve Brumeuse :: Fleuve Impur-